Activités parallèles

Les enfants inaugurent le festival international de cinéma et mémoire commune de Nador

C’est une première à Nador. Le coup d’envoi du festival international de cinéma et mémoire commune a été donné ce lundi matin 4 mai 2015 par une centaine d’enfants dans l’enceinte du complexe socioculturel, en présence de MM Abdeslam SEDDIKI et Abdesslam BOUTEYEB, respectivement président et directeur du festival, des membres du comité d’organisation, des responsables dudit complexe, de festivaliers et de nombreux invités.

Après la lecture de la sourate d’al fatiha par un jeune garçon à la voix mélodieuse et la scansion de l’hymne national, M. SEDDIKI a salué cette louable initiative en remerciant et en encourageant les personnes qui ont veillé à l’organisation de cette très belle cérémonie où l’art a été cautionné par l’innocence. M. le ministre de l’emploi a également exhorté les petits (es) à aller de l’avant et à s’investir dans les études car ce sont eux qui prendront le flambeau et qui sont l’espoir et l’avenir de notre pays.

De son côté, M.BOUTEYEB a exprimé, dans son allocution, toute sa joie et tout son bonheur de voir la 4e édition du festival débuter dans une ambiance festive dont les artisans ne sont autres que les enfants de la ville de Nador, garçons et filles, venus pour créer l’événement et pour faire vivre à l’assistance des moments exceptionnels.

Cette inauguration symbolique a donné lieu à un spectacle époustouflant sous forme de danses et de chants qui ont fait vibrer les présents. Ces derniers ont accueilli les belles fresques enfantines avec des ovations et des applaudissements.

Profitant de cette occasion, la direction du festival a rendu hommage au jeune acteur Amanallah Benjilali, l’un des personnages principaux du très beau film Adios Carmen réalisé par le talentueux Mohamed Amin BENAMRAOUI.

Azelarab QORCHI
Télécharger la version PDF

Les images

Image 01
Image 02
Image 03
Image 04
Image 05
Image 06
Image 07
Image 08

Festival, jeunes et formation

La quatrième édition du festival de cinéma et mémoire commune a pris comme défi majeur d'impliquer la jeunesse dans toutes les activités parallèles au festival. Le volet formation est considéré par le comité organisateur comme la pierre angulaire de cette quatrième édition. Sortir des sentiers battus ou du suivisme, ateliers, rencontres, séminaires ou regards croisés sont les principaux objectifs d’une équipe polyvalente et pluridisciplinaire. OUPRAM représente dans ce sens le partenaire académique par excellence du festival et du centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix. La mission formation a été donc élaborée selon une ingénierie optimale et à partir d'un schéma de travail d'une année sur la base de rencontres effectuées au préalable avec la jeunesse de Nador et région et ce à partir des besoins des concernés.

Le menu filmique et artistique est avant tout le travail concocté par le comité d'organisation depuis la fixation du thème jusqu'au choix des films. Les critères scientifiques font de cette édition une première dans le domaine puisqu’ils mettent en relief les atouts et spécificités de l'espace géographique Afrique-Méditerranée. Les ateliers de formation seront orientés dans ce sens afin de donner aux jeunes des pistes et des défis à relever pour mette en valeur un patrimoine commun et un avenir partagé à partager.

Le souci des organisateurs est de doter les jeunes de réflexes professionnels et de sensibilités artistiques qui permettent au secteur cinématographique de remplir pleinement son rôle de levier de développement pour la région mais aussi pour le pays tout entier. La quatrième édition du festival de cinéma et mémoire commune inaugure dans le champ des festivals une ère nouvelle qui suscitera la curiosité des amateurs du cinéma mais qui créera surtout un nouveau concept dans la réalisation des activités parallèles.

Omar ABDOUH
Télécharger la version PDF

L'intégration socioculturelle des habitants, une des vocations du festival de cinéma de Nador

Qu'un festival dédié au cinéma se fixe comme objectif l'évaluation des films en compétiton en vue de primer les meilleurs est une démarche ordinaire, voire une lapalissade. Dans ce cas, tous les festivals de cette catégorie se suivent et se ressemlent quasiment, exception faite de ceux qui ont marqué la différence. Celui de Nador a réussi à imprégner la sienne, d'abord par la thématique liée à la mémoire commune, la démocratie et la paix, ensuite par la nature des activités parallèles dont la portée socioculturelle est devenue indéniable.

Associer la culture au social est un dosage parfait pour marquer l'adhésion populaire à un projet de nature intellectuelle. L'un des défis pour un festival de cinéma réside dans la mobilisation d'un public non avisé qui voit dans les films un moyen de faire passer le temps et un programme comme un autre qui meuble les grilles d'une chaîne de télevision. Il faut donc trouver un moyen adéquat pour initier des habitants d'une ville afin qu'ils puissent voir le cinéma sous un autre angle et avec un regard artistique et culturel.

C'est ainsi que la 4ème édition du festival de cinéma de la mémoire commune de Nador a mis en place des activités parallèles au profit des habitants, toutes catégories confondues. Au programme, des ateliers artistiques destinés à former les jeunes aux techniques de réalisation et de scénario, des matinées cinématographiques réservées aux enfants à capacité réduite et leurs mamans, une compilation de films marocains accessibles au grand public, projetés les après-midi et soirées. Et pour renforcer cette idée de proximité, le déroulement des activités se fait dans des locaux situés au milieu des quartiers.

Rapprocher le 7ème art des habitants offre au festival de Nador son côté citoyen amplement mérité. Toutes les catégories sociales sont ainsi bénéficiares des apports d'une telle festivité internationale qui est en passe de gagner sa renomée intellectuelle, artistique et citoyenne.

Mokhtar El Maouhal
Télécharger la version PDF


Sponseurs du festival

Partenaires officiels