Mot du président


En atteignant sa sixième édition d’affilée, le Festival International de Cinéma et Mémoire Commune n’a plus rien à prouver. Sa maturité déjà attestée par les professionnels et les amateurs, les initiés et les profanes, nos concitoyens et les étrangers, il poursuit son bonhomme de chemin dans la sérénité, s’amendant d’année en année, fidèle à son rendez-vous annuel dont le foyer est Nador, ville emblématique qui tisse pendant le mois de mai une belle toile du grand Rif.

Comme une rivière qui coule paisiblement dans son lit tracé au millimètre près et qui ne craint ni crue ni sécheresse, notre manifestation cinématographique progresse à pas sûrs, en élargissant son horizon et en nourrissant de nouvelles ambitions.

Aujourd’hui, avec le cumul des expériences, la richesse de notre portfolio est à la hauteur de nos démarches ciblées. Elle reflète le travail colossal qui se fait en amont pour offrir un produit culturel qui satisfait aux critères de la qualité et qui contribue au développement durable d’une région en perpétuelle évolution.

Si jusqu’à présent, les thèmes des précédentes éditions sont restés étroitement liés à la Méditerranée, pour des raisons stratégiques, historiques et culturelles bien connues qui ont été explicitées en long et en large, arguments à l’appui, l’édition de 2017 sera placée sous un double signe :

- Le sevrage : un sevrage momentané et éphémère puisqu’on va s’éloigner volontairement de mare nostrum, notre mer (mère) pour cingler à pleine voile sous d’autres cieux.

- L’agrandissement puisqu’on va passer d’une mer circonscrite à une vaste étendue aquatique, l’océan.

Mais l’élément fondamental, la raison d’être même du festival reste incontournable. Il est et il sera toujours présent, omniprésent, d’actualité plus que jamais, dans un contexte national et mondial actuel difficile, complexe et incertain : la Mémoire, ce lieu qui garde, sauvegarde et archive les événements, les actes et les actions des uns et des autres, ici et ailleurs, pour nous et pour la postérité.

"La mémoire des eaux océanes" est un thème original, qui s’inscrit dans la diversification des réflexions menées par le Centre de la Mémoire Commune pour la Démocratie et la Paix afin d’explorer de nouvelles pistes pour une meilleure compréhension du passé, de l’Histoire de l’humanité, des tenants et aboutissants des rapports que les anciens ont entretenus entre eux et qui pèsent de tout leur poids sur les relations internationales contemporaines.

Et au-delà des flots, à la manière des grands explorateurs du XVe siècle, le Centre est allé chercher son invitée d’honneur, une grande nation du septième art qui continue de nourrir l’imaginaire des cinéphiles : l’Inde.

C’est un pays qui respire le cinéma. Il incite à la rêverie par le biais de la magie que dégagent tous ses ingrédients : le Gange, le Taj Mahal, les maharadjas, les ranis, les fragrances, les saveurs, les couleurs, les danseurs (ses) et bien évidemment les stars bolywoodiennes : Shahrukh Khan, Amitabh Bachchan, Kareena Kapoor, Aishwarya Rai entre autres dont le charisme crève partout le grand écran.

Ni le temps, ni l’espace ni les divergences de tous genres n’ont pu tenir face à la ferme volonté de concrétiser un jumelage exceptionnel artistique, intellectuel et même spirituel entre deux cultures différentes mais qui ont un point commun : la passion des images.

C’est cette ouverture, sans restriction aucune, sur l’Autre quelles que soient son origine, sa langue, sa religion, sa culture…que nous continuerons, conformément à nos principes, de défendre et de promouvoir avec conviction, pour contrer l’ostracisme, l’intolérance et le repliement sur soi-même.

Abdessalam Seddiki, Président du festival



Sponseurs du festival

AVEC LE SOUTIEN DE :